Interview Héléna JEROME – Fondatrice de SafeHear et Les Meufs de l’Industrie

Bonjour Héléna, vous avez récemment créé le buzz avec les Meufs de l’Industrie. Racontez-nous comment vous est venue l’idée de lancer cette série de vidéos.

Cela fait deux ans que j’ai co-fondée avec Antoine Kunhast la startup Safehear. On a conçu une protection auditive communicante pour le milieu industriel qui s’appelle Louis. Pendant toute la phase de R&D, puis de commercialisation, j’ai rencontré beaucoup de monde (visites d’usines, rencontres avec les partenaires, tests produits en environnement etc.).

Mais je n’étais quasiment jamais face à des femmes.

Et pourtant, l’industrie est un monde passionnant où les métiers sont nombreux et les perspectives de carrières absolument fascinantes. Alors avec Nicolas Maury et Marion Garcia, qui travaillent également chez Safehear respectivement en tant que marketing manager et chargée de communication, nous avons réfléchis à un concept, quelque chose qui montrerait les facettes positives de l’industrie, et non pas l’image sale, répétitive et peu valorisante des usines ou de l’industrie de Charlie Chaplin. Nous souhaitions toucher les plus jeunes, d’où le fait que nous nous soyons lancés sur Instagram. Mais aussi faire changer les mentalités auprès d’un panel de personnes assez large donc nous publions aussi sur Linkedin et YouTube.

Et qui de mieux pour parler de ce sujet que les femmes de l’industrie elles-mêmes ?

Même si le pourcentage est faible, elles sont présentes et surtout passionnées par leurs métiers. Notre média : les meufs de l’industrie (LMDI), est là pour mettre en lumière des femmes qui adorent leur métier et qui sont tout aussi curieuses de savoir pourquoi les jeunes femmes ne se dirigent pas vers cette voie professionnelle. Nous leur donnons la parole, et nous faisons raisonner leur parcours et leurs messages, car elles ont beaucoup à dire.

Les situations que vous évoquez dans les vidéos sont criantes de vérité. D’où tirez-vous votre inspiration ?

Notre inspiration c’est le terrain. Lorsque je raconte ma visite dans un abattoir, c’est du vécu. Les femmes qui témoignent, vivent l’industrie tous les jours. Et pour ce qui est de la façon de l’aborder, on essaye au maximum de démystifier l’industrie et les clichés qui s’y rapportent, donc adopter un ton formel et conventionnel ne donnera pas envie de s’y intéresser. Notre rôle et notre envie c’est de casser les codes, parler simplement et ouvrir les esprits.

Quel message souhaitez-vous passer aux femmes qui lisent ces quelques lignes ?

Ne vous mettez pas de barrières, essayez si ça vous tente, intéressez-vous à ce qui vous entoure et posez des questions. Personne ne refusera de vous parler de son métier ou de vous raconter sa journée. Et suivez-nous sur nos réseaux sociaux aussi pour découvrir des métiers ! Les femmes ont tout à fait leur place dans l’industrie, nous sommes convaincues que la mixité des genres permet la performance.

Avez-vous également un message pour les hommes ?

Nous sommes convaincus que les hommes jouent un rôle tout aussi important dans les changements des mentalités et de la perception de la femme dans l’industrie. Ils sont d’ailleurs très nombreux, notamment sur LinkedIn, à encourager et soutenir le média via leurs commentaires et leurs partages de nos vidéos. Ils ont totalement conscience que les femmes ont énormément à apporter à l’industrie.

Vous êtes par ailleurs co-fondatrice d’une société industrielle. Comment conjuguez-vous ces deux activités ?

Effectivement, comme expliqué précédemment, l’idée du média est née de mon expérience en tant que femme entrepreneure dans l’industrie. Safehear est mon activité principale et LMDI est un média annexe qui nous permet de véhiculer des messages et des valeurs, sans empiéter sur la communication de la startup.
Le succès d’LMDI n’était pas nécessairement mesuré et je suis ravie que ce projet grandisse si vite et qu’ils soient acceptés avec autant d’engouement par l’ensemble de l’écosystème.

Avez-vous une anecdote à partager avec nos lecteurs sur un des tournages ?

Les tournages sont toujours des moments de partage. On a l’impression de rentrer dans un univers que personne ne connaît et notre objectif est vraiment de vulgariser le langage industriel. Et souvent ce sont les anecdotes de nos interviewées qui sont rigolotes !

Quelles sont les prochaines étapes pour vous ?

Nous souhaitons continuer à accroître notre notoriété sur LinkedIn, sans oublier notre objectif de base qui est de s’adresser aux plus jeunes pour donner envie de se diriger vers l’industrie. Notre ambition est de devenir le média industriel de référence pour les jeunes et les femmes de l’industrie. Nous allons poursuivre les interviews, les conférences, nous prévoyons de lancer un podcast et lançons des collaborations avec des industriels français.

Merci à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.