Gino LegalTech ambitionne de devenir l’un des leaders du contract management – Interview

Qui êtes-vous  ?

Audrey Ellis et Cyril de Villeneuve – Interview de Jean-Charles Savornin

Audrey Ellis – Je suis CEO de Gino LegalTech, start-up spécialisée dans l’automatisation et la gestion de contrats. Avocate de profession, j’ai notamment exercé au sein du bureau français du Cabinet Sullivan & Cromwell LLP. Dans le cadre de mes fonctions, j’ai conseillé des grandes entreprises et banques d’affaires dans leurs opérations de M&A tant en France qu’à l’international. J’ai ensuite travaillé à New York en tant que Vice-Présidente d’un fonds d’investissement américain avec plusieurs milliards d’actifs sous gestion. Je suis diplômée de la Graduate School of Business de l’université de Stanford (MBA ’14) et des universités Paris II Panthéon-Assas et Aix-Marseille III (Masters 2 et DJCE). 

Cyril de Villeneuve – J’occupe le poste de Directeur Général en charge des ventes et du business development chez Gino LegalTech. Diplômé de l’ESSCA et du MS Marketing Direct et Commerce Electronique de SKEMA, je me suis vite spécialisé dans le secteur des nouvelles technologies appliquées au droit. Après avoir travaillé dans l’univers start-up, j’ai rejoint successivement Wolters Kluwer puis LexisNexis ou j’ai évolué dans différentes fonctions au sein de la Direction Stratégie & Marketing. J’ai notamment participé au lancement mondial du service juridique en ligne LexisNexis avant de prendre en charge la responsabilité des partenariats logiciels pour LexisNexis France. J’ai ensuite dirigé la société Ginerativ qui a porté la première génération de robots contractuels.

Que propose Gino LegalTech ? 

Audrey Ellis  – Gino LegalTech conçoit, développe et commercialise Gino, solution de gestion et d’automatisation du cycle de vie contractuel ( « Contract Lifecycle Management » pour CLM).

La solution Gino est composée d’une suite intégrée de modules complémentaires – automatisation des modèles de contrats, génération de contrats, assistance à la négociation, analyse des données importées, workflow de validation, e-signature, suivi de l’exécution des contrats, tableaux de bord et reporting sur les données.

Grâce à son intuitivité, Gino permet une gestion simple et efficace du processus contractuel de A à Z.

Gino LegalTech est devenue en quelques années un acteur incontournable de la transformation numérique des entreprises. 

Référencée par l’UGAP, et partenaire Microsoft CoSell Ready, Gino est d’ores et déjà déployée dans des entreprises (ETI, Grands Comptes) françaises et internationales (Imerys, Société Générale, Groupe Hachette Livre, SPB, etc.,…), des administrations et de nombreux cabinets d’avocats. 

Quelle est l’importance de ce marché ?

Cyril  de Villeneuve  – Selon une étude Gartner (1), moins de 20% des entreprises sont équipées de solutions de gestion de contrats. Le cabinet MarketsandMarkets (2) estime que le marché du contract management software pesait 1,5 milliard de dollars en 2019, et qu’il devrait représenter 2,9 milliards de dollars en 2024. Il est encore difficile d’obtenir des chiffres précis sur le marché français. Néanmoins, Gino LegalTech est de plus en plus amenée à répondre à des appels d’offres, signe de la vitalité de ce marché également dans notre pays. A ce sujet, notre société vient d’ailleurs d’annoncer début décembre un partenariat majeur avec le Groupe Hachette Livre dont la presse s’est fait l’écho.

A quels besoins répondez-vous précisément ? 

Cyril de Villeneuve  – Outre la nécessité de centraliser et d’optimiser l’accès de tous à l’information contractuelle à jour, les entreprises souhaitent réduire la durée du cycle de contractualisation, systématiser le suivi de l’exécution des contrats et capitaliser leur know-how juridique.

Avec un effectif réduit – seulement 9,4 juristes en moyenne par milliard d’euros de CA en 2017 selon la cartographie des directions juridiques 2018 (3) – et un budget généralement limité, la Direction Juridique n’est pas toujours considérée à sa juste valeur s’agissant de sa contribution ‘business’ à l’échelle de l’entreprise ou du Groupe. 

Contrairement à d’autres départements de l’entreprise qui sont déjà dotés d’ERP ou de logiciels spécifiques (ex : logiciels de CRM pour la Direction Commerciale, logiciels de gestion des achats et des approvisionnements pour la Direction des Achats ou encore logiciels paie/RH pour la Direction des Ressources Humaines), la Direction Juridique dispose encore de peu d’outils lui permettant d’automatiser la remontée d’indicateurs clés de performance (KPIs).

L’avènement et le perfectionnement au cours des dernières années des technologies du droit représente l’opportunité pour les Directions Juridiques de s’équiper d’outils pour se digitaliser efficacement et d’être moteur dans la transformation numérique en matière contractuelle de leur entreprise. Gino LegalTech répond entièrement à ce besoin. 

Une solution de CLM comme Gino permet véritablement de maximiser les ressources de la Direction Juridique à toutes les étapes du processus contractuel et d’opérer un pilotage efficace de l’activité juridique, notamment grâce à la possibilité de générer des rapports détaillés permettant de valoriser la fonction auprès de la Direction Générale.

Par ailleurs, on observe que de plus en plus d’organisations choisissent une solution d’entreprise qui non seulement optimise l’activité de la Direction Juridique mais aussi gère la collaboration sur les sujets juridiques et contractuels avec les clients internes ou les contreparties externes. 

En outre, une solution CLM telle que Gino ayant vocation à être utilisée au-delà de la Direction Juridique, il est indispensable pour nos clients de disposer d’outils intuitifs, flexibles, rapides à prendre en mains et interopérables avec les solutions déjà en place, telles que signature électronique, référentiels (clients, partenaires, fournisseurs…), CRM, etc.

Il y a enfin un fort besoin de la part de nos clients d’être accompagné à toutes les étapes du processus de digitalisation. Comme indiqué, nous sommes encore au début du processus de transformation numérique dans le domaine contractuel et nous constatons que notre ADN/équipe de juristes ainsi que notre expérience dans l’accompagnement de ces projets – tant en France qu’à l’international – est un atout très recherché de la part des Directions Juridiques qui aspirent à déployer une solution de CLM telle que Gino. 

Après un appel d’offres international, Gino LegalTech a été retenu par le groupe Hachette Livre grâce à l’intuitivité, l’adaptabilité fonctionnelle et l’agilité technologique de sa solution. 

Quels sont  les bénéfices  pour vos clients ? 

Cyril de Villeneuve  – Une solution de CLM telle que Gino apporte de nombreux bénéfices.

Gino organise la capitalisation de l’expertise contractuelle des entreprises. Gino permet aux juristes de capitaliser leur savoir-faire contractuel en l’incorporant dans l’outil afin d’augmenter leur productivité et la qualité de leur travail. Les juristes ne refont plus deux fois la même opération ; ils ne font plus qu’améliorer, modifier et enrichir leurs modèles de contrats qui, au fil du temps, deviennent les réceptacles de connaissances et expériences considérables, représentant un capital important.  

Gino renforce aussi la sécurité juridique et la conformité grâce à de nombreuses fonctionnalités telles que les contrôles de cohérence sur les réponses apportées lors de la génération de documents, les règles de gestion du processus de validation interne, les alertes sur les dates de renouvellement ou de résiliation ou encore la traçabilité et de versionning  de documents. 

Par ailleurs, Gino réduit le time to closing et, plus généralement, facilite la gestion de tous les aspects de la vie des contrats. Grâce à l’automatisation des contrats et des documents du client,  un utilisateur – juriste ou non juriste –  de la plateforme Gino peut rédiger un contrat de bail en une dizaine de minutes seulement au lieu de 2 à 6 heures. 

Un nombre considérable de contrats peut être produit directement par les utilisateurs finaux (acheteur, commercial, chargé RH), absolument conformes aux normes fixées par les juristes, sans qu’ils aient à intervenir, sauf exception. En réduisant la durée du processus contractuel, Gino permet de facturer plus rapidement et donc d’accélérer la constatation de revenus. Le groupe Imerys, leader mondial des spécialités minérales, client Gino depuis 2018, est un bon exemple en la matière. “Gino a rapidement permis aux juristes de gagner en productivité en rédigeant des contrats ou en déléguant leur rédaction auprès de clients internes et a contribué à l’harmonisation des pratiques » témoigne Frédérique Berthier, Directrice Juridique Groupe et Secrétaire du Conseil. Une solution comme Gino permet de conclure des marchés plus rapidement,  Imerys indique avoir réduit de 60% le temps de contractualisation avec les fournisseurs et partenaires commerciaux. 

Comment Gino LegalTech se différencie de la concurrence ? 

Audrey Ellis  –  Gino se distingue des autres solutions de Contract Lifecycle Management sur 3 points clés. 

Je dirais que l’intuitivité de la solution est le premier point différenciant. 

Le caractère intuitif et user-friendly est crucial pour favoriser l’adoption rapide des utilisateurs, juristes et non juristes. Gino est une solution sans code – aussi simple d’utilisation que Word, offrant une prise en main rapide par tous. 

En plus d’être ergonomique, Gino est une solution qui couvre les besoins fonctionnels en matière contractuelle à 360°, en intégrant sur une plateforme unique plusieurs modules pour une gestion de chaque étape de la vie du contrat, à savoir :   

  • automatisation des modèles de contrats sur Word, intégrant le contenu  de nos clients
  • génération des contrats, par simple réponse à un questionnaire ;
  • assistance à la négociation, historisation des commentaires, versioning et comparaison ;
  • analyse automatique des données pertinentes de contrats importés ;
  • workflows de validation ;
  • e-signature ;
  • suivi opérationnel des contrats et notamment des évènements clés ;
  • tableaux de bord contractuels et reporting sur les données contractuelles et opérationnelles.

L’accompagnement de la transition numérique est le second point différenciant. Sans accompagnement du changement, la réussite d’un projet de mutation numérique en matière contractuelle est incertaine. Gino LegalTech a développé des techniques d’accompagnement efficaces, mises en œuvre par une équipe dédiée de juristes et chefs de projets qui accompagnent nos clients à chaque phase de leur projet et restent à l’écoute pendant toute la durée de la collaboration. Car en effet, nous ne sommes pas seulement le fournisseur d’une solution technologique, nous sommes un véritable partenaire de nos clients tout au long de leur projet de transformation.  

Enfin, l’agilité de notre produit et de nos équipes est le troisième point différenciant nous permettant de nous adapter aux besoins métiers divers de nos clients, en fonction de leurs secteurs d’activités et des spécificités de leur organisation.

Quelle est votre vision de l’évolution de ce marché dans les 2 ans qui viennent ? 

Audrey Ellis –  Nous constatons une accélération de la transformation numérique des entreprises, depuis la crise du Covid 19. Après quelques mois d’ajustement, de gestion des urgences et d’organisation du travail à distance, de plus en plus d’entreprises ont identifié et mis au budget 2021 des projets digitaux en matière contractuelle. Ce mouvement continuera à s’amplifier dans les années qui viennent.

Les entreprises rechercheront de plus en plus de solutions qui géreront l’intégralité du cycle de vie contractuel et au delà (amélioration de la conformité, supply chain management, analyse de de l’information “business intelligence”) avec en complément des solutions métier très spécialisées “best of breed” qui viendront compléter l’offre existante.

Aussi, les solutions du marché intégreront de plus en plus de legal design, avec une attention toujours plus grande à la qualité de l’expérience utilisateur.

Le marché reproche le manque d’interopérabilité, avec la multiplication d’outils développés et commercialisés par des éditeurs différents, parfois concurrents entre eux qui “ne se parlent pas” ou qui ne sont pas en mesure de comprendre nativement les données transmises. Les éditeurs ont compris la nécessité de répondre à cette demande, ils proposeront une offre étendue d’API “interface de programmation d’application”.

Enfin, les solutions du marché intégreront de plus en plus d’intelligence artificielle. En ce début d’année 2021, c’est d’ailleurs l’occasion pour moi d’annoncer la sortie de notre module d’Intelligence Artificielle “IMPACT”. Il permettra à nos clients d’analyser tout contrat provenant de l’extérieur en seulement quelques minutes, de le négocier et e-signer, puis de conserver directement dans le système ses données afin d’automatiser le suivi de son exécution. C’est un module particulièrement attendu par nos clients et nos futurs clients et je suis impatiente de voir comment ceux-ci vont s’en emparer. 

Références

  • (1) Gartner Magic Quadrant Report 2020
  • (2) Etude Contract Management Software Market – Global Forecast to 2024:

https://www.marketsandmarkets.com/Market-Reports/contract-management-software-market-89717094.html

  • (3) Cartographie des directions juridiques 2018 réalisée par Lexqi Conseil en partenariat avec l’AFJE et le Cercle Montesquieu
Ce contenu a été publié dans Administration des contrats, Gestion de contrat, Outils, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Gino LegalTech ambitionne de devenir l’un des leaders du contract management – Interview

  1. Ping : Gino LegalTech signe un partenariat majeur avec le groupe Hachette Livre | GINO TECH

  2. Ping : Interview d'Audrey Ellis et de Cyril de Villeneuve | GINO TECH

  3. VINCENT LECLERC dit :

    Je rejoins le constat pour ce qui concerne le nbre limité de Direction juridique équipé de software ce qui ne facilite pas la remontée automatique de KPIs. Mais l’objectif n’est pas tant d’avoir son logiciel au même titre que les achats ou le contrôle de projet mais plutôt de mettre en place un logiciel qui soit utile pour le positionnement de « business partner » que les Dir Juridiques ambitionnent. Autrement dit si le CLM apporte, en complément des besoins d’automatiser certaines activités internes au DJ, un support en transverse pour ce qui concerne le Change Management, la gestion des Risques (ceux subis ET ceux générés par le contrat) et le flowdown (analyse et prise en compte des exigences/obligations d’un contrat de tête sur la chaine de sous-traitance) alors vous verrez que ce logiciel remportera rapidement l’adhésion au sein des organisations qui aideront alors la Dir Juridique pour son déploiement. J’attends avec impatience ce logiciel ou plutôt devrais-je dire cette plateforme et je sais qu’elle se construit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *