Love Contract Management

Love Contract ManagementLes fêtes approchent avec leur cortège de réjouissances et une nouvelle année pleine de bonnes intentions pointe le jour. C’est le moment des retrouvailles avec les proches. Un moment un peu privilégié où on a envie d’être au top de sa forme. Et puis c’est le moment où on boucle l’année en signant quelques contrats, non, on ne va pas se mentir un maximum de contrats…

Bref, la fin d’année c’est généralement le moment le plus prenant pour un contract manager. Et bien sûr on a pas envie de faire attendre la famille et les amis pour le repas de Noël. D’ailleurs, çà pourrait coûter très cher en pénalités !!! En effet, la pénalité du cœur ou pénalité émotionnelle est un des risques les plus importants de perte de contrat. Pourquoi ? Tout simplement parce que tout ne se résume pas à des chiffres ou à des clauses. Imaginez ce contrat de plusieurs millions que vous négociez avec ardeur et détermination depuis des mois. Il est sur le point d’être signé. Le rendez-vous est proposé pour le 24 décembre au soir à 19h. Vous savez pertinemment que vous ne serez pas à la maison pour le réveillon et vous vous préparez déjà à annoncer la nouvelle à votre femme en sachant que les foudres de l’Olympe vont s’abattre sur vous. En plus, les enfants et la famille seront déçus. Vous êtes au plus mal devant ce choix cornélien. Et pourtant, la solution est là et vous tend les bras, on reporte le rendez-vous. Pour l’autre partie, il n’en est pas question. Pour votre boss non plus. Il vous paiera le triple pour s’assurer de votre venue qui est essentielle. Et vous êtes face au doute jusqu’au bout. Soit vous perdez tout au boulot, soit vous allez à un dîner où on mange à s’écœurer en faisant semblant devant des gens qu’on voit une fois par an. Que faire ? Mais que faire donc ? Vous devriez le savoir en tant que contract manager. Vous êtes payé pour savoir comment trouver des solutions à des problèmes qui paraissent impossible.Psychologies Janvier 2017

Alors en raisonnant en tant que contract manager, il convient d’évaluer les risques. Le fait de ne pas aller au rendez-vous vous entraînera vers une chute professionnelle et personnelle parce que vous avez déjà investi un temps monstrueux sur ce projet. Le fait de ne pas aller au repas de Noël en famille vous expose à perdre votre famille. Ces risques sont-ils acceptables, inacceptables ou modérables ? A vrai dire, si on raisonne sans émotion, chacun va trouver sa solution et accepter ou pas les deux risques.

Cependant, si l’on tient compte de l’aspect émotionnel des choses, alors on aura une vision tout à fait différente de la situation. L’impact de l’amour que l’on porte à sa famille par exemple pourra prendre le pas si on se sent bien intégré en son sein. D’autres pourraient ressentir un rejet familial et préférer l’amour du travail bien fait et la conscience professionnelle. On pourrait comparer la relation construite avec un partenaire comme une relation amoureuse. D’abord, la phase de séduction permet de lever les réticences et méfiances et d’apprendre à se connaître. Ensuite, vient la phase plus mielleuse, où tout est positif, merveilleux, où l’on est le roi du monde. Puis, viennent les doutes et les interrogations, fondées ou non, l’imaginaire négatif. Enfin, on choisit de vivre avec la différence de l’autre ou d’arrêter. Là encore l’impact des émotions est énorme.

Pour étayer mon propos dans un registre assez proche et selon une étude InterQualia

« La santé émotionnelle, le facteur ayant le plus d’impact sur le rendement?

Nous savons que le rendement au travail est influencé par de multiples facteurs (compétence, qualification, rémunération, reconnaissance, encadrement, conjoncture, etc.). Or nos recherches jusqu’à ce jour nous ont permis de démontrer que l’état de santé émotionnelle de la personne au travail, tel qu’il est évalué par la technologie qui le sous-tend (Bilan InterQualia 2 ), pèserait à lui seul autant que le quart (25 % de la variance totale) de l’ensemble des variables qui contribuent au rendement d’une personne évalué par le supérieur 3 . »

Dans le numéro de Psychologies de Janvier 2017, vous trouverez un article sur les clés du bon contrat emotionnel…tout un programme.

Pour clôturer l’année sur une note positive, je vous souhaite à toutes et à tous un excellent réveillon et une excellente fin d’année. Pour ma part, je serai où je me trouverai. Et vous ?

Yves-Joël Diegues

Ce contenu a été publié dans Rôles et responsabilités, Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *